Numismatica Genevensis SA

Auction 14

This auction offers live bidding  |  Sign up now
Numismatica Genevensis SA, Auction 14

Rarities of Ancient and Modern Times

Part 1: Mo, 15.11.2021, from 4:30 PM CET
Part 2: Tu, 16.11.2021, from 9:00 AM CET
Pre bids are accepted until:
Part 1: Mo, 15.11.2021, until 9:00 AM CET
Part 2: Tu, 16.11.2021, until 6:00 AM CET

Description

Chersonèse Taurique, Panticapée. Statère d'or vers 340-330. Tête barbue d'un satyre avec des oreilles de bouc à gauche, les cheveux ornés de feuilles de lierre / P-A-N Griffon à tête de lion cornue à gauche, le visage de face, tenant dans sa gueule une lance; dessous, un épi de blé. 9,19g. Traité IV, 1707, pl. CCCLIII, 20; Regling Principo, 169; Gulbenkian 585-586; Kraay/Hirmer 441.

Une monnaie impressionante, au style puissant. Superbe exemplaire. A coin of great power and beauty. Good extremely fine.

Probablement de la collection Empédocles.
Collection R. Abecassis, acheté chez Spink en 1968.
Collection J. Abecassis, Leu 81 (2001), 124.
NGSA 4 (2006), 84.
Collection Baron Lorne Thyssen-Bornemisza & Thomas S. Kaplan, NGSA 9 (2015), 30.

Panticapée était une colonie milésienne fondée en 575 av. J.-C. sur le site de l’actuelle ville de Kertch en Crimée. À partir de 480, elle est devenue la capitale du royaume du Bosphore, qui, de 438/7 à 109 av. J.-C., était dirigé par la puissante dynastie des Spartocides. Cette monnaie a probablement été frappée durant le règne de Pairisadès I (344/3-311/0), lorsque le royaume était à son apogée. Les statères de Panticapée sont parmi les plus beaux et recherchés de toutes les monnaies grecques en or. Elles représentent des têtes de Pan, un évident jeu de mots sur le nom de la ville, et un griffon, le légendaire gardien des mines d’or des Scythes. Les statères en or furent émis durant une période d’environ une génération : ils débutent par deux rares émissions, une avec une tête de profil et une autre avec le célèbre portrait de face de Pan (SNG BM 855/859). Nombre de ces statères ont un poids standard de 9.1g, soit 1,5,drachme égéenne, l’équivalent en valeur d’un statère d’électrum de Cyzique. Mais les dernières émissions du groupe final furent frappées sur le modèle attique pour mieux s’adapter à l’abondant monnayage contemporain de Philippe II et Alexandre III. Le griffon est une créature avec une longue histoire dans l’art des peuples des steppes qui le représentaient presque invariablement comme un monstre au corps de lion avec de puissantes jambes et des griffes. Il avait également un bec et les ailes d’un aigle. De manière assez intéressante, le griffon que nous pouvons voir dans l’art ancien s’inspire d’une créature réelle, bien que disparue quelques millions d’années plus tôt ! Les Scythes et les autres peuples des steppes ont obtenu leur or des mines ou de l’orpaillage en Asie centrale, souvent exactement au même endroit où, de nos jours, les paléontologues découvrent en grande quantité des fossiles de dinosaures avec un bec. Un adulte protoceratops était de la taille d’un lion et avait une puissante tête avec un bec évoquant celui d’un aigle, surtout sous forme de squelette. Les anciens mineurs ont probablement vu ces fossiles complètement articulés. Ceux-ci étaient également visibles sur la surface du sol ou sur les flancs de falaises, comme nous pouvons toujours les voir. Il est probable que les habitants de l’époque aient pensé qu’ils étaient morts relativement récemment. De plus, des restes de squelettes humains et animaux, tués dans de dangereuses tempêtes de sable qui ont souvent affligé les régions productrices d’or en Asie centrale, se sont mélangés, pouvant ainsi laisser supposer qu’ils étaient morts en se battant entre eux. Ainsi est né le concept du griffon gardien de trésors. Pour davantage de détails sur cette extraordinaire théorie, voir A. Mayor, The First Fossil Hunters Paleontology in Greek and Roman Times (Princeton, 2000), pp. 15-53.

Question about this lot?

Bidding

Starting price 200'000 CHF
Place a pre bid  (27 days left)
Bid live
Feedback / Support